B. Pichardie, alias CHANTSONGS

Un peu de tout, et plus encore

posté le 17-01-2019 à 09:09:53

MIROIRS

 

 

MIROIRS

DU SANG SUR LES MAINS

Une fois de plus, Quentin a du sang sur les mains.
Une fois de plus, il se précipite pour les savonner, les rincer et les panser.
Le sparadrap tient comme il peut !
Il ne veut surtout pas demander de l’aide.
Ensuite, la phase du nettoyage commence, il ramasse les bouts de verre brisé éparpillés sur le carrelage et il enlève les restes du miroir.

Voici que la porte s’ouvre, il a peur de la réaction de son père. Il va une fois de plus le frapper, puis s’excuser et pleurer.
Sa mère va le consoler.
Elle, elle est forte.
Depuis sa naissance, elle le soutient, le comprend.

15 ANS PLUS TÔT 

Une petite semaine qu’il s’est évadé de sa gangue, presque sans prévenir.
Il était l’heure de poser mes yeux pour commencer à rêver à sa venue. Il était l’heure où je me faisais déjà ma petite histoire avec mon bébé en personnage principal…
Les premières contractions, les premières douleurs.
J’avais tout prévu.
Vite !... Le temps de prendre ma petite valise et de monter dans notre voiture.  Une demi-heure après, dans la salle de travail, il poussait son premier cri. J’en poussais un aussi !

Tout s’était passé sans souffrance. Il était là, et quand il fut pour la première fois sur l’oreiller de ma chair, j’avais envie de hurler de bonheur. Sa vie palpitait et scintillait tout contre moi.
J’ai posé mes caresses sur lui, je sentais pour la première fois le besoin de protéger, de préserver. Mon cœur lançait ses rayons, tissait pour lui son premier filet protecteur.
Je me découvre forte devant ses faiblesses,  je le berce, l’esprit légèrement en alerte.
Mais toi, toi.
Tu souffres, refusant de comprendre, d’accepter l’inacceptable.

LE PSY

« Alors, Quentin, comment vas-tu aujourd’hui ?
 Bien.
Et ton traitement ?
Bof !
Tes études par correspondance ?
Ça va.
Tu veux me dire autre chose.
Non !… »

Le docteur n’insiste pas. Il connaît sa fragilité.
Depuis quelques années, il suit son évolution. La maman est douce avec lui et lui pardonne tout. Le papa est plus compliqué dans ses attitudes, il passe par des phases de colère puis de tendresse quand il s’est rendu compte de sa violence.
La thérapie engagée ne semble pas donner de résultats, mais il tient à poursuivre dans la voie préconisée. Il faut remettre un nouveau miroir et le déclic se fera peut-être un jour permettant une avancée dans la guérison.

3 ANS PLUS TÔT

Notre décision est prise. Nous confions Quentin à un spécialiste qui le prend dans sa clinique.
Tu voulais le garder près de nous, mais l’épuisement a permis à la raison de l’emporter. Nous irons le voir tous les jours, nous lui apporterons notre soutien, il sait que nous l’aimons. Tu as souvent du mal à te contenir face à ses obsessions.Tu te sens coupable chaque fois que tu portes la main sur lui, mais il te pardonne.
Et moi aussi…

Je ne t’en veux pas de tes pulsions contre lui chaque fois qu’il a ce reflexe obsessionnel. Tes réactions doivent t’être salutaires pour ne pas sombrer. Moi, je souffre en silence sans pouvoir évacuer. Alors, je bois. Tu t’en es rendu compte il n’y a pas longtemps. Tu ne m’as fait aucun reproche. Nous avons des façons très différentes de nous échapper de l’insoutenable…

LA FIN DE L’OBESSION

Malgré la décision de ne plus se regarder dans la glace, il recommence à  avoir envie de le faire. La réaction est toujours la même, il cogne de toutes ses forces sur son reflet. Du sang gicle sur ses mains. 
Il sait que sa mère ne peut pas venir aujourd’hui, il écrit quelques mots sur le mur puis se couche en attendant son père.
 
Voici qu’il arrive et voit son fils prostré sur le lit. Il lit le message « JE VEUX MOURIR ». Avec détermination, il s’approche de Quentin… 
… Quelques minutes plus tard, dans un parfait contrôle de ses actes, il nettoie soigneusement l’inscription rouge laissée à côté du miroir brisé et descend pour prévenir le directeur de l’établissement.

Extrait de l’article « UN PÈRE TUE SON FILS ATTEINT D’UNE MALADIE RARE »

« … Dans un élan de démence, un père a tué son fils de 15 ans dans la clinique où il était soigné. L’adolescent était atteint depuis sa naissance du lymphangiome kystique, une maladie rare et douloureuse provoquant d’énormes bosses sur le visage … »
 
LE PARLOIR

On me fait signe, je dois te laisser.
Je pars le cœur lourd en quittant le parloir.
Je pense à toi qui rejoins ta cellule.
Je pense à nous trois.
… Et j’ai aussi la morsure de son absence.

Bernard Pichardie
Marseille, juin 2010
texte déposé
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 17-01-2019 à 16:36:55  (site)

les titres de la plupart des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. christineb  le 17-01-2019 à 19:56:59  (site)

Un texte très émouvant que j'ai relu pour bien le comprendre.
Bon vendredi.

3. PINPREnelle  le 21-01-2019 à 13:48:23  (site)

bonjour je passe voir ton blog que je découvre
superbe
amitié du vaucluse

4. christineb  le 21-01-2019 à 17:39:00  (site)

Dommage que Salon soit un peu loin de Nîmes, je serai bien allée chercher aussi la farine pour mon pain.
Bon mardi.

 
 
 
posté le 06-01-2019 à 09:56:44

LA PETITE SŒUR DES PAUVRES


La petite sœur des pauvres
Referme ses dossiers
Et Jésus sur sa croix
Semble se bidonner

Alléluia alléluia
Alléluia alléluia

Un serpent à sornettes
Devant le bénitier
Rigole de sa proie
Et va lui faire sa fête

La petite sœur des pauvres
Des cernes sous les yeux
Prépare une homélie
Pour quelques petits vieux

Alléluia alléluia
Alléluia alléluia

Voici qu’elle a encore
En ce matin frileux
De puissantes envies
Ressenties dans son corps

La petite sœur des pauvres
Au son de l’harmonium
Doucement se balance
Comme le métronome

Alléluia alléluia
Alléluia alléluia

Tout au fond de son cœur
Elle cherche un peu de baume
Calmant sa pénitence
D’un soupçon de bonheur

La petite sœur des pauvres
Sous sa robe de bure
A les doigts qui s’agitent
Pour défier sa torture

Alléluia alléluia
Alléluia alléluia

Un sergent à cornettes
Débarrasse l’impure
Du diable qui l’habite
Par des prières secrètes

Alléluia alléluia
Alléluia alléluia

La petite sœur des pauvres
Bravement se flagelle
Pour terrasser le fauve
Qui se tapit en elle

Alléluia alléluia
Alléluia alléluia

Alléluia alléluia
Alléluia alléluia

musique   Julian RENAN
paroles  Bernard PICHARDIE
chanson déposée à la SACEM
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 06-01-2019 à 09:58:04  (site)

les titres de la plupart des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. poete83  le 12-01-2019 à 13:01:03  (site)

Bonjour.
Je n'avais pas pensé à la chanson de Perret. J'ai dû avoir une inspiration inconsciente.
Quant à "la petite sœur des pauvres", je ne m'attendais pas à ça de sa part...
Bon week-end.
Alain.

 
 
 
posté le 03-01-2019 à 11:50:43

SILENCE

 


 

N'hésitez jamais à sortir un mot du silence pour lui donner plus de vie. 

                                citation de Jacques Salomé dans « Bonjour tendresse » (1992)

 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 03-01-2019 à 11:53:00  (site)

les titres de la plupart des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. poete83  le 03-01-2019 à 13:37:15  (site)

Bonjour.
Tu as tout à fait raison.
Et pour te récompenser, je t'offre un café virtuel !

Bonne journée.

 
 
 
posté le 28-12-2018 à 14:55:19

LA CHANSON À TEXTE

 

Pour ceux qui aiment la chanson à texte, j'ai commencé un nouveau blog
http://chantsongs.canalblog.com
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 28-12-2018 à 15:58:46  (site)

les titres de la plupart des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. poete83  le 02-01-2019 à 18:21:33  (site)

Bonsoir Bernard.
Je te souhaite une bonne année 2019. J'ai ouvert les coms de l'article sur la gare. Tu peux y mettre ta réponse si tu veux.
Alain.

 
 
 
posté le 24-12-2018 à 06:57:56

POUR LE REFRAIN

 


voici la présentation d'une de mes façons d'écrire

 


POUR LE REFRAIN

Y a la foule
Qui déambule
Qui s’écoule
Qui gesticule

Mais tous ces gens
Autour de moi
Tous ces vivants
Je les vois pas

Voici que je planche
Dans la fureur
La feuille est blanche
Quand je l’effleure

Mon esprit vole
Et s’entortille 
Donne la parole 
Au stylo-bille

Sur le papier
Je pose des mots
Petits clichés
Dans le métro

Dans le métro
Je cherche une rime
Avec entrain
Et j’ai en prime 
Un pied de trop
Pour le refrain

Dans le métro
Je cherche une rime
Avec entrain
Et j’ai en prime 
Un pied de trop
Pour le refrain

Y a la feuille
Dans la pagaille 
Qui accueille 
Quelques trouvailles

J’ai les contours
D’une chanson 
Bien vite je cours 
À la maison

Il faut que je branche
L’ordinateur 
Je me retranche
Pendant une heure

Je sens que je frise 
Une overdose
Ma tête se brise
Je fais une pause…

C’est pas fini 
Il manque un pied
Je réfléchis
Minuit passé

Minuit passé
Je cherche une rime
Avec entrain
Et j’ai en prime
Copier coller
Pour le refrain

Minuit passé
Je cherche une rime
Avec entrain
Et j’ai en prime
Copier coller
Pour le refrain

musique Didier DUVAL alias MRAYDI
paroles Bernard PICHARDIE
chanson déclarée à la SACEM

pour écouter la chanson :
http://chantsongs.centerblog.net/6300436-pour-le-refrain

 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 24-12-2018 à 20:25:29  (site)

les titres de la plupart des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. gegedu28  le 28-12-2018 à 15:19:39  (site)

Bonjour Bernard,
Je découvre ton Blog sur Vef.
"Pour le refrain" est une très jolie chanson, bien accompagnée à la guitare, ... j'ai été l'écouter sur Centerblog.
Bonne continuation, et comme c'est la fin de l'année, BONNES FÊTES !
Au plaisir de se relire.
Gégédu28

 
 
 
posté le 19-12-2018 à 09:09:43

CLIMAT : STOP À L’INACTION, DEMANDONS JUSTICE !


Recours historique pour protéger le climat et notre avenir

https://www.oxfamfrance.org/a-la-une/un-recours-historique-pour-proteger-le-climat-et-notre-avenir

CLIMAT : STOP À L’INACTION, DEMANDONS JUSTICE !


https://laffairedusiecle.net/?utm_source=oxfa

 


 
 
posté le 16-12-2018 à 14:47:15

LE CHEVAL



UNE CONFÉRENCE DE L'ONCLE HEIN-KARNÉ : LE CHEVAL

Il est pour certain le meilleur ami de l'homme. C'est un animal attachant qu'il faut attacher car il a tendance à prendre la clef des champs s'il n'est pas dans son enclos.
Il perd son statut de meilleur ami s'il rue dans les brancards. Un coup de sabot mal plaçé peut transformer l'amitié en haine.
Le cheval commence sa vie chevaleresque par un galop d'essai et la termine par un galop décés s'il a le mors aux dents.
Ses sabots sont ferrés pour lui permettre d'être entendu la nuit dans les ruelles d'un film de cape et d'épée.

Il est Ferré pour sa crinière mais ressemble plutôt à Brel.

Le cheval aime longer les plages léchées par des vagues finissantes. Les petits chevaux qui se jettent à l'eau sont appelés les poneys de bain.
« Henni soit qui mal y pense » est une devise chevaline qui amuse beaucoup les poulains.
Le lait des juments comme elles respirent (et cheval dire à ma mère) est très prisé mais hors de prix. Elles sont prises par de beaux mâles qui sont sur les talons pour repeupler les haras qui rient.

Pour ceux qui ont une fièvre de cheval, il suffit de penser très fort « Un pour tous, tous bourrins. » C'est de l'auto-médication, l'auto ayant plusieurs chevaux sous le capot.

Le cheval d'arçon est très coriace. Pour attendrir sa chair, il vaut mieux le plonger dans l'eau bouillante et le faire cuire pendant une bonne semaine.
Pour le régime sans selle, surtout, ne pas oublier de manger à zéro pur sang avec les cuillères.
Dans l'écurie, le fait de séparer les chevaux s'appelle le coup de les trier.

Ceux qui font cavalier seul n'ont qu'une monture et il faut savoir la ménager.

Pour éviter les échecs, les fous doivent bien surveiller le déplacement des cavaliers.
Le crin n'est pas à craindre.
Les hippocampes sont des chevaux tout petits élevés sous la mer.
Les courses hippiques ne piquent pas tant que ça et n'ont rien à voir avec les hippies...
Hip ip ip haras !
Quand les chevaux font les courses, leurs jockeys sont parfois à cheval sur les principes.

Quelques précisions pour les enseignants :

Si vos éléves vous parlent de steak à cheval, vous leur précisez que la viande est du bœuf haché surmonté d'un œuf et les bactéries sont offertes sans supplément.
Vous pouvez également parler du cheval de trait (très différent du cheval de Troie, difficile à éliminer même en temps de paix) qui a les traits plus grossiers, les chevaux fiscaux, ceux de l'équarissage pour couper les chevaux en quatre et des virages en épingles à chevaux.
Il y a aussi le tiercé, mais il n'est pas de mise d'en parler à des jeunes…


Quelques commentaires déposés sur le blog où j’avais mis ce texte :
- bravo pour cet article sur le cheval, j’aime la cavalerie, de Allard Jean, conseiller financier
- si vous voulez découvrir mon blog rempli de photos osées de chevaux en rut, venez !, de Robert Ezina

- quel exposé ! je trouve vraiment ça beau, d’Anne Onyme
- je trouve votre conférence au ras des pâquerettes, c’est pitoyable, de Paul Hochon

- bravo pour le cours, c’est stupéfiant !, Henriette Deport de la brigade des stupéfiants 

Tags: #cheval
 


 
 
posté le 14-12-2018 à 08:12:33

LILO



Bye bye Google ! Grâce à ce moteur de recherche solidaire, les internautes ont collecté 1 200 000€ pour des associations et ONG.
Saviez-vous que vous faites gagner 30€/an à Google ? Avec le moteur de recherche solidaire Lilo, 50% de cet argent est reversé à des associations et c’est vous qui décidez quelles causes vous soutenez !
pour en savoir plus :
https://positivr.fr/lilo-moteur-recherche-solidaire-clme2h/?utm

https://www.lilo.org/fr
Tags: #lilo
 


Commentaires

 

1. christineb  le 14-12-2018 à 20:32:21  (site)

Je me sers de qwant, très rarement de google. Je regarderai celui que tu proposes.
Bon samedi.

 
 
 
posté le 10-12-2018 à 08:56:04

REPOS

 

         
         

                                         La vie commence mal
                                                    la pièce où l’on naît ne devrait pas s’appeler
                                              salle de travail

                                  mais salle de repos ! 
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 10-12-2018 à 19:56:07  (site)

les titres de la plupart des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. christineb  le 10-12-2018 à 22:50:32  (site)

Ça dépend pour qui! Bon mardi.

3. zyla  le 20-12-2018 à 11:33:28  (site)

bonjour! l'accouchement est un travail pour la maman et le bébé! et c'est vrai que démarrer sa vie en bossant...pouh!lol!

 
 
 
posté le 04-12-2018 à 08:47:47

TATOUAGES AMOUREUX



un texte à la recherche d'une musique

TATOUAGES AMOUREUX

 

J’ai tatoué tous mes désirs
Je t’envahis de mes tendresses
Qui se reflètent sur ta peau
Au clair du soleil de l’amour

J’ai tatoué tous mes plaisirs
Je te dévore tout en ivresse
De mon cœur et de son tempo
De la soirée au petit jour

Tatouages amoureux
Vibrant de mille feux

J’ai tatoué mes idées folles
Dans le silence de la nuit
Cette passion qui caracole
Lovée tout au creux de ta vie

J’ai tatoué comme un message
Mes serments mes petits secrets
Je dépose sur ton passage
Mes souvenirs éparpillés

Tatouages amoureux
Vibrant de mille feux

J’ai tatoué quelques offrandes
De ma mémoire mes aveux
Mistral et senteurs de lavande
Sur ton corps si doux et fiévreux

(pont musical)

J’ai tatoué tous mes émois
La douceur de mes sentiments
Le long de tes joues de rebelle
Dans un ballet je me pavane

J’ai tatoué tous mes éclats
Sur toi ma passion mes élans
En incendie qui étincelle
Illuminant nos escapades

Tatouages amoureux
Vibrant de mille feux

J’ai tatoué tous mes désirs
Je t’envahis de mes tendresses
Qui se reflètent sur ta peau
Au clair du soleil de l’amour

J’ai tatoué tous mes plaisirs
Je te dévore toute en ivresse
De mon cœur et de son tempo
De la soirée au petit jour

Tatouages amoureux
Vibrant de mille feux
Tatouages amoureux
Vibrant de mille feux

Bernard PICHARDIE

texte déposé

 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 04-12-2018 à 10:31:40  (site)

les titres de la plupart des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. banga  le 06-12-2018 à 13:17:32  (site)

Bonjour l'ami merci de ton passage oui c'est une très belle chanson très bien chanté aussi par Bécaud l'auteur et le chanteur sont indiqués au début de la vidéo en sous titre , là c’était en même temps ma façon de rendre Hommage à Johnny Hallyday un an après sa mort, lui qui était un homme de la rue à l'origine et toujours à l'écoute de toute les générations de n'importe quel classe et surtout prés des gens modeste Macron ferai bien de s'en inspirer lol.
Très beau texte l'ami continue comme ça passe une bonne fin de semaine @+

3. lafianceedusoleil  le 07-12-2018 à 17:47:39  (site)

Bonsoir Bernard,
la situation est très grave en France. Demain Paris risque de couler dans un bain de sang avec des morts.
Le responsable, tu l'as deviné.
Ce satanique n'est pas humain.
Bonne soirée.
Cricri

 
 
 
posté le 02-12-2018 à 14:51:25

LES RÉVOLTES


Pour découvrir les liens vers les articles des "Révoltes"

http://lesrevoltesdechantsongs.eklablog.com/bienvenue-c30053778

la quatrième série comporte les thèmes suivants :

Rejet d'un texte pour les élèves handicapés
Nouvelle guerre froide, censure et avenir d'internet
Des chasseurs tueurs
Déchets plastique, le palmarès
mc do, le règne de la mal-bouffe
Brésil, l'extrême droite au pouvoir
Le chômage nuit à la santé
Disparition des animaux sauvages
L'État prend à chaque automobiliste 1540 € par an
Les aventures de Mélenchon... nouvelle saison !
Tags: #révoltes
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 02-12-2018 à 16:47:17  (site)

les titres de la plupart des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

 
 
 
posté le 28-11-2018 à 11:22:19

LE RUBAN VERT


http://www.rubanvert.org

Tags: #ruban #vert
 


Commentaires

 

1. banga  le 01-12-2018 à 13:32:15  (site)

Bonjour l'ami merci de ton passage et commentaire avec lequel je suis complétement d'accord c'est du mépris lol , en tout cas ce ruban vert est une très bonne initiative , je te souhaite un très bon week end amicalement.

 
 
 
posté le 27-11-2018 à 11:54:29

CŒUR ORIGAMI

 

                        Cœur origami habillé de toi

     Tu me séduis de ta soie 



 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 27-11-2018 à 12:00:42  (site)

les titres des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

 
 
 
posté le 25-11-2018 à 20:33:54

MACRON DÉMISSION !

 

 

une pétition signée par plus de 472 000 personnes (pour l'instant !) qui en ont marre de ce dictateur autiste

https://www.mesopinions.com/petition/politique/demission-president-emmanuel-macron/42009
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 27-11-2018 à 12:00:53  (site)

les titres des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

 
 
 
posté le 23-11-2018 à 10:50:46

INUIT



Pour écouter la chanson
(interprétée sur scène par le cabaret Studio)
https://chantsongs.wixsite.com/monsite/james-wood

INUIT

Ouverture
Couverture réfrigérante
Sur le soixantième parallèle de lassitude nord
Les inuits s’ennuient le dimanche

Igloo igloo igloo 

Dans ta nuit d’inuit
Tu ne fais pas
Les trois-huit 
Tu attends le jour
Qui ne vient pas 

Dans ta nuit d’inuit
Le soleil qui 
Est en fuite 
Laisse ton coeur lourd
Tout riquiqui

Igloo igloo 

Aïe aïe aïe quel chambardement
Aïe aïe aïe quel chambardement 
Il n’y a plus d’igloo 
Il n’y a plus d’ours blanc
La neige fond tout à coup
Et c’est bien accablant

Entracte
Il est l’heure de sucer un esquimau

Phoque you dit-on dans les coulisses 

Dans ta nuit d’inuit
Tu ne bois pas 
Ça t’irrite 
Tu as des lourdeurs 
À l’estomac 

Dans ta nuit d’inuit
Tu n’as pas pris 
Une cuite
Tu as bien trop peur 
D’être tout gris

Igloo igloo

Aïe aïe aïe quelle désolation
Aïe aïe aïe quelle désolation 
Il n’y a plus d’igloo 
Il n’y a plus d’ourson
Mais la neige tu t’en fous 
Et c’est bien attristant

Final... 
Il fait moins quarante degrés plantigrade
Les ours sont un peu givrés
Ils referment leurs canadiennes

musique James WOOD
paroles Bernard PICHARDIE
chanson déposée à la SACEM
 


 
 
posté le 19-11-2018 à 10:36:51

L'ÂGE DE FAIRE


Je me suis abonné il y a peu à L'âge de faire

revue mensuelle très intéressante

le numéro de septembre avait un dossier sur le cannabis et ses vertus thérapeutiques que la plupart des pays européens reconnaissent
... mais pas la France (les responsables politiques de notre pays sont des têtes penchantes !)

le numéro d'octobre avait un dossier sur mcdonald, les vendeurs de viandes à chier !
https://magasin.lagedefaire-lejournal.fr

L’ÂGE DE FAIRE

 

 

 
 


Commentaires

 

1. christineb  le 19-11-2018 à 18:31:58  (site)

Je ne connais pas ce journal. Je vais regarder le site.
Merci pour la précision sur le château de Buzine. Bon mardi.

2. Marioromans  le 24-11-2018 à 00:46:02  (site)

Le cannabis est maintenant légal chez moi, mais so j"ai le goût d"un bon pétard, je trouverai un bon revendeur et n'achèterai jamais l'herbe gouvernementale.

 
 
 
posté le 18-11-2018 à 14:41:52

LE TEMPS



Ah ! le temps joue à pile ou face
                                    quand l’heure s’épile

                                                     les secondes s’effacent
 


Commentaires

 

1. Florentin  le 18-11-2018 à 15:05:52  (site)

Le temps voilà l'ennemi !I se moque bien de nous et continue impitoyablement sa ronde mortifère. Florentin

 
 
 
posté le 15-11-2018 à 14:59:26

LES APÉROS



Les apéros faits à la maison ont bien souvent le goût de l’authentique
voici quelques unes de mes recettes d’apéritifs 

les proportions sont pour une bonbonne de 10 litres 
il faut donc pour la remplir :
8 litres de vin
800 gr de sucre non raffiné (900 gr, ou 1 kg pour avoir un apéro un peu plus sucré) à faire fondre petit à petit dans le vin pour que le sucre soit bien mélangé  
80 cl de rhum blanc (j’ai essayé d’autres alcools, mais ça manquait de « finesse » à la dégustation !) 
2 bâtons de cannelle et 2 ou 3 gousses de vanille coupés en morceaux 
les différents ingrédients que je vais nommer plus bas

quand tout est mis dans la bonbonne, il faudra terminer de la remplir avec du vin, la boucher et la secouer de temps en temps 

VIN D’ORANGE 
avec du rosé
50 gr d’écorces séchées d’oranges amères et 50 gr d’écorces séchées d’oranges douces 
environ 2 mois de macération

à Marseille, je vais régulièrement chercher des écorces chez le Père Blaize 
j’y trouve également des petits sachets de quinquina
je fais un apéro orange/quinquina avec du rosé
50 gr d’oranges douces et 2 sachets de quinquina 
il y a également une préparation toute prête pour un apéro maison, ce qui me permet de varier les plaisirs gustatifs !

VIN DE CLÉMENTINE
avec du rosé
100 gr d’écorces séchées de clémentines
environ 2 mois de macération
j'ai tenté la même recette mais avec du vin rouge... résultat excellent ! ! ! 

VIN DE CITRON
avec du blanc
10 citons et 2 oranges coupés en petits morceaux 
environ 2 mois de macération

VIN DE NOIX
avec du rouge
pour le sucre, on peut mettre 1 kg ou 1,2 kg car certains préfèrent le vin de noix plus sucré que les autres apéros 
une cinquantaine de noix vertes coupées en 4, cueillies fin juin quand elles sont encore très tendres
4 mois de macération minimum

mettre en bouteille avec des bouchons en liège 
l’idéal est de faire un roulement sur 2 ou 3 ans pour avoir un assortiment 
il vaut mieux attendre un an avant de servir les dernières préparations

pour accompagner ces apéros, je déconseille les biscuits salés
mes préférences vont vers des olives pas trop salées, des morceaux de tarte à la moutarde, du maïs soufflé fait maison avec du curry (voir mes recettes sur http://lacuisinedupanier.forumactif.com/f9-les-recettes-de-bernard), des morceaux de cakes salés...  

ces vins peuvent également être servis avec le dessert

pour terminer, un apéro léger que j’ai découvert il y a peu
un « kir » original
fait avec du sirop de châtaigne et du vin rouge
Tags: #apéros
 


Commentaires

 

1. christineb  le 17-11-2018 à 21:56:09  (site)

Sympathique ces recettes, elles donnent envie. Moi qui ai des pamplemousses, j'essaierai d'adapter une des recettes. Bon dimanche.

2. lafianceedusoleil  le 07-12-2018 à 17:49:50  (site)

coucou,
ces apéros sont très sympathiques. J'adore le vin d'orange.

 
 
 
posté le 13-11-2018 à 15:35:57

L'HEURE DES BAVES


le texte d'une chanson à la recherche d'interprètes
pour écouter la maquette de base de la chanson
cliquer sur le titre 


  
La pluie tombe
Personne à l'appel 
 
Dans le jardin
Car ils se font la belle
Ce matin 
 

Tous les terriens se cassent  
Dés les premières gouttes  

Quel temps de chien 
Quel temps pourri 
Il fait pas beau  
Pour les humains 
Quel temps béni 
Pour l'escargot 

Il a très faim  
Le p'tit glouton
Il va il vient
Sur le gazon 
 

C'est l'heure des baves
Sous la coquille

La pluie tombe
L'escargot tranquille
N'a plus sommeil
En cette journée d'avril
Sans soleil 
 

À lui les grands espaces  
Il va casser la croûte  

Quel temps de chien 
Quel temps dégueu  
Il fait pas beau
Pour les humains
Quel temps heureux
Pour l'escargot 
 

Son estomac  
Dans les talons  
Il vient il va
Sur le gazon 
 
 
C'est l'heure des baves
Sous la coquille

musique Éric ATON
Paroles Bernard Pichardie
chanson Déposée à la SACEM
Tags: #escargots
 


Commentaires

 

1. christineb  le 14-11-2018 à 20:18:25  (site)

Un hommage amusant aux baveux... Bon jeudi.

 
 
 
posté le 11-11-2018 à 17:30:27

ORGUEILLEUX



Le pays des orgueilleux, c’est toujours autre part que là où ils sont nés.
André Chamson dans son roman « Les hommes de la route » (1927)
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 11-11-2018 à 17:34:09  (site)

les titres des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. christineb  le 12-11-2018 à 18:58:50  (site)

Et le pays d'André Chamson est exceptionnel... j’habite pas loin!
Bon mardi.

 
 
 
posté le 10-11-2018 à 13:16:48

LE REVERS DE LA MÉDAILLE


 
LE REVERS DE LA MÉDAILLE

Chacun sa chapelle
Sous son chapeau
Y en a à la pelle
Des idéaux

On a tranché
Dans le vif du sujet
Envoyé des sujets
Dans les tranchées

Et sur les champs de bataille
Sont alignés les gagnants
Qui ont derrière leur médaille
Un feu vibrant dans leur sang

Tu sais bien marcher au pas
Pour faire avancer l’histoire
Sans te demander pourquoi
Tu attends ton heure de gloire

Car c’est l’endroit
De la médaille
La première pelle
De joie
Premier appel
Pour la guerre
Vers la légion d’honneur

Chacun sa chapelle
Sous son chapeau
Y en a à la pelle
Des idéaux

On a tranché
Dans le vif du sujet
Envoyé des sujets
Dans les tranchées

Pas loin des champs de bataille
Sont alignés les perdants
Sur le revers des médailles
Se sont mélangés leurs sangs

Tu as su marcher au pas 
T’es mort sans avoir vécu
T’es mort sans savoir pourquoi
Toi le soldat inconnu

C’est le revers
De la médaille
La dernière pelle
De terre
Dernier rappel
Vers l’enfer
Pour la légion d’horreur
  
Bernard PICHARDIE
texte déposé

 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 10-11-2018 à 13:22:19  (site)

les titres des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. christineb  le 10-11-2018 à 20:46:21  (site)

Le revers de la médaille, l'expression pourrait paraître sans gravité s'il n'y avait pas tant de morts et tant de drame. Ici elle est bien trouvée.
Bon dimanche.

 
 
 
posté le 09-11-2018 à 10:03:31

LES MOTS EN POINTILLÉS


LES MOTS EN POINTILLÉS

 Le temps se suspend
Aux crochets de l’amour

Le vent vient de tomber
Sur ton corps assoupi

Le soleil se fait tendre
Et ma main se rapproche

Ton corps se ranime
D’une tendresse rebelle

Les persiennes de tes cils
Doucement me font signe

Le temps se suspend
Aux crochets de l’amour

 ---------------

Nos vies sont opalines
Loin du marbre de la cité

Et voici l’ombre mouvante
De la déraison
Qui s’installe
Devant nos murmures

Ton souffle joue sur ma peau
Un zeste de survie
Pour calmer
Mon errance

Nos doigts s’enchevêtrent
Près du tam-tam intime
De nos cœurs
Enlacés

Nos vies sont opalines
Loin du marbre de la cité

---------------

Des couleurs
Et du soufre

Comme la beauté d’un cheval au galop
Sur le grain de ta peau
Comme la beauté de l’enfer
Dans tes pupilles dorées
Comme la beauté de l’asphodèle
Sur tes lèvres offertes

Des couleurs
Et du soufre
Le long de nos corps qui frissonnent

La passion suit son cours
Dans le tumulte de nos sangs

Et nos sangs ne font qu’un tour

Notre union
Des couleurs
Et du soufre
Notre union

Rien d’autre n’a d’importance
Rien d’autre que nous

---------------

  Mon regard se noie
Dans le tien

Nos luttes sont des combats de douceur

Nos chaînes se décroisent

Quand nos yeux se caressent
Tout se reconstruit
Le baume de la connivence
Nous délivre des peurs

Nos visages se mirent dans l’étang du bonheur

Et nos traces sur le chemin des envies
Laissent un sillon de tendresse

Mon regard se noie
Dans le tien

Nous sommes …
 

---------------

Juste un coin de lumière
Dessiné
Dans ton regard pastel

Une symphonie de douceur
Qui s’échappe
De ton rire-cavalcade

Tes lèvres qui palpitent
Et me disent
Je ne peux pas t’oublier

Mais tu t’éloignes
Et je m’accroche
À ton souvenir
À mes souvenivres désaccordés

C’était demain
Le temps m’est incertain

Il me reste de toi
Des mots insensés
Balancés sur des airs
Près du désert de ton absence

Le sable s’écoule …
Le sablier ne se retourne plus

Bernard Pichardie

 

(quelques « souvenivres » 
extraits du recueil « Peau Aimes »)

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 09-11-2018 à 17:11:21  (site)

Ii faut aimer quelqu'une très fort pour le lui dire si longuement. Mais si sensiblement. Florentin, le jaloux qui ne sait pas aligner plus de deux vers.

2. PtiteFleur  le 09-11-2018 à 19:58:45  (site)

De très jolis textes Bernard
Bisous

édité le 09-11-2018 à 20:00:24

 
 
 
posté le 08-11-2018 à 09:47:22

RICHE



macron est le président des riches
                  l'anagramme de riche est chier        
... j'ai tout compris !
 


Commentaires

 

1. Florentin  le 08-11-2018 à 11:56:45  (site)

Je n'avais pas remarqué. J'ajouterais pour compléter "nul à ..."

 
 
 
posté le 07-11-2018 à 13:19:07

VOUS ME SUIVEZ ?



VOUS ME SUIVEZ ?

 

première rencontre

 

                 «    Vous prenez un verre ?
-           Non !
-           Moi, oui
-           Vous voyez bien que j’en ai déjà un …
-           Permettez-moi que je vous l’offre
-           Non !
-           Ah !
-           Il est déjà payé
-           Bon, d’accord … »
                 Vous me suivez ? Mais non, ce n’est plus à elle que je m’adresse mais à vous. Vous remarquerez que la première approche est plutôt délicate. D’habitude, ça se passe plus facilement. Aujourd’hui, j’éprouve quelques difficultés. Vous allez me rétorquer que vous ne me connaissez pas.
Exact !
Alors, que je vous dise …
Je suis en principe direct face à une dame ou une demoiselle; je fais évidemment un peu de cinéma, un air timide de débutant le temps d’une poignée de secondes, et puis je m’enhardis en laissant doucement mes yeux explorer les siens.
Je commence toujours par les yeux, je descends plus bas par la suite, quand je suis certain que je commence à l’apprivoiser.
Vous me cernez un peu mieux maintenant ?
Comment ! Vous voulez des détails … Ça viendra plus tard, laissez moi tout d’abord avec la dame que je puisse continuer ma progression.

                 Je plonge dans ses yeux … Deux ! Et d’un bleu ! le bleu d’un lagon non pollué, ça existe encore. J’ai l’impression de m’y noyer, je fais un voyage en apnée.
                 «    Vous venez souvent ici ?

-           Non !
-           Ah !
-           Et vous
-           Non !
-           Ah ! »

La conversation est papitante. Je ne sais plus quoi dire. J’ai l’impression de rajeunir. Déjà, je ne fais pas mon âge, beaucoup plus jeune, disons, de trois jours au moins, mais là, je retombe en enfance.

Le serveur amène le double whisky. J’en profite pour descendre plus bas … Au niveau de son visage, le nez, la bouche qui est décorée d’un sourire narquois.

Narquois ? Il faut que je vous précise que machinalement  j’ai pris une paille sur le présentoir posé sur la table et j’aspire mon whisky … Mon whisky avec la paille ! ! !

 

* * * * * * *

 

je me calme !

                 Sous la douche, le jet froid me fait du bien.
Qu’est-ce que vous pensiez ? Que j’allais de suite passer à l’action. Non ! … Ce n’était qu’une première approche. Le temps quand même de lui montrer quelques documents, pour l’apâter et ne pas prendre la pâtée. En attendant le prochain rendez-vous, je me calme. D’habitude, je reste serein, mais là, pour la première fois, j’ai eu comme un coup de foudre. Pas bon pour le contrat !

L’eau me repose. Je reste un bon quart d’heure, je me sèche, et me dirige nu comme un ver vers le frigo. Je ne suis pas pudique, si ça vous dérange… Tant pis ! Je ne vais pas changer juste pour vous. Faut faire avec.

 

                  Dans le frigo, j’ai le choix entre un morceau de fromage sec qui se vautre dans le bac à légumes, un yaourt dont la date de péremption ferait frémir une diététicienne et une tranche de jambon qui a perdu ses couleurs depuis belle lurette. Je n’arrive pas à me déterminer, je prends le tout, le dépose sur une assiette que j’ai oublié pour la troisième fois de laver et j’accompagne ces nourritures indignes des Restaus du cœur. Pour les faire passer, je débouche un Julienas. Le verre dans lequel je fais doucement couler le breuvage est nickel, je ne plaisante pas avec le vin !

 

                 Je sens que vous voulez en savoir un peu plus sur moi. Logique ! Disons que je suis à la recherche de contrats. Les prospections se font surtout dans les domaines de la défense et du nucléaire. Je rencontre donc des personnes ayant des responsabilités importantes et leur propose des collaborations. Il faut pour bien remplir mes missions que je garde la tête froide, pas de sentiment, uniquement de la technique.

Cette fois-ci, j’ai presque fait une erreur professionnelle, la dame m’a communiqué un certain trouble, je dois me ressaisir pour ne pas faire capoter ce que je dois entreprendre auprès d’elle.

La fin de l’entretien de cet après-midi fut court mais bref. Elle s’est rendue compte que :

1) je pouvais lui apporter des documents compromettants une organisation terroriste préparant une action d’éclat contre la défense nationale même si

2) j’avais l’air d’un parfait idiot …

Rendez-vous demain pour la suite des informations moyennant une contribution pécuniaire de son service. Elle avait un certain pouvoir de décision, le choix de mon employeur sur sa personne n’était pas fait au hasard.

Vous me suivez ? …

* * * * * * *

 

deuxième rendez-vous

 


                 «    Voici le dossier.

-           Merci.
-           Prenez votre temps, je ne suis pas pressé.
-           D’accord, de toute façon, j’ai ma soirée de libre.
-           Ça ne vous gêne pas de lire dans ce pub ?
-           Si !
-           Allons chez moi si vous n’avez peur du grand méchant loup.
-           Pas de problème, je ne crains presque rien, j’ai eu mon troisième dan en judo.
-           Et moi, une foulure à la main au karaté ! »

                 Vous me suivez ? Non, pas vraiment.

Vous êtes en train de vous dire que vous avez loupé des épisodes … Pas du tout ! Je ne vais quand même pas tout vous raconter. Je veux bien, étant bon prince, vous résumer les dernières heures de mes aventures palpitantes.

Après une nuit d’un sommeil agité, j’ai préparé l’appartement pour recevoir d’une manière correcte Sylvia, si elle acceptait de venir chez moi… C’est vrai que je ne vous avais pas encore dit son prénom.

Nettoyage du frigo, commande de tout ce qui peut plaire à une dame pour essayer de lui plaire, rangement complet de toutes les pièces. J’ai failli oublier le lave-vaisselle qui contenait encore le linge que j’y entreposais pour faire la lessive en remplacement de la machine à laver en panne.

Un dernier coup d’œil… Parfait !

Je me rends au même endroit qu’hier pour le rendez-vous…

Nous sommes maintenant chez moi.

 

                 «    Voici le dossier.

-           Merci.
-           Prenez votre temps, je ne suis pas pressé.
-           D’accord, de toute façon, j’ai ma soirée de libre. »

Ça peut vous paraître étrange, mais le début du dialogue est le même que celui que vous avez lu un peu plus haut, quand nous étions au pub. Je suppose que vous devinez que c’est en faisant copier/coller que je vous le ressers. La suite est différente puisqu’elle se passe chez moi.

«    Ça ne vous gêne pas de lire dans ma chambre ?
-           Si !
-           Allons plutôt dans le salon. Pendant que vous étudiez les documents, je prépare les cocktails et le repas.
-           Je ne suis pas venue pour manger !
-           Bon, alors juste les cocktails.
-           Oui, mais quand j’aurai terminé la lecture.
-           O.K., je vous laisse. »

Je préfère ne pas rester dans la pièce. Malgré ma décision de rester zen, je reconnais qu’elle continue de me faire de l’effet. Attention avec mes sentiments, il y va de ma carrière.

Vous me suivez ?

Où ! Mais dans la cuisine, voyons !

 

* * * * * * *

 

fin du contrat

 

                  Elle va prendre son temps. Je prends donc le mien pour tout préparer en attendant ses signatures. Je veux conclure ce soir.

Je prépare les amuse-gueules, les rondelles de citron et pour le cocktail, le champagne, la liqueur de fruit de la passion, le curaçao bleu et la tequila. Vous avez l’air effaré en lisant la liste des ingrédients. Je reconnais que c’est un mélange étonnant et détonnant, mais je ne vous donne pas les proportions, c’est une recette perso dont je suis fier et j’aime garder quelques petits secrets.

Retour dans le salon.

Vous me suivez ?

 

                 «    Vous avez tout étudié.

-           Oui.
>-           Vos conclusions ?
-           Le dossier que vous m’avez fourni, c’est … C’est ...
-           De la bombe.
-           Exactement !
-           Si ces renseignements viennent au grand jour, c’est le conflit mondial assuré.
-           C’est bien pour cette raison que je vous ai contactée, vous avez le pouvoir de faire un transfert des données sur le serveur de la Haute Autorité.
-           Contre un montant colossal !
-           Que vous pouvez nous verser, vous avez tous les pouvoirs pour faire la tansaction. »

                  Elle pousse un long soupir. J’en fais de même. ENFIN … Tout est signé. Les feuillets prennent place dans la malette. Après vérification, les versements ont bien été effectués. Le serveur vers lequel le transfert devait se faire a été piraté. Aucune communication ne va transparaître. Il y a aura un trou grandiose dans le budget de la Haute Autorité mais il sera impossible de déterminer où l’argent est parti. 

Je peux terminer l’entretien en mettant mes sentiments dans ma poche et une enclume par-dessus.

Le coup est parti. Elle fait « AH » et puis plus rien. Un trou en plein front, quelques gouttes de sang qui s’échappent. Je range le calibre. Mission accomplie.

Je mets des gants, je remplace la puce de son téléphone portable par une autre, préparée par des experts de l’Organisation O., et je change aussi le disque dur de son ordinateur.

Je sais que l’argent que Sylvia a fait transiter sur un compte est déjà entre de bonnes mains. Impossible de retrouver les destinataires, des experts se sont chargés des différentes opérations en quelques clics …

Un quart d’heure, pour effacer toutes les traces de mon passage. Je vaporise un produit spécifiquement élaboré pour cette besogne.

Je ferme la porte.

Je pars pour une destination que je ne connais pas encore. Un jet privé m’attend. Trois mois de farniente tous frais payés jusqu’au prochain contrat. À chaque fois, trois mois de travail puis trois mois de repos… Pas besoin d’un syndicat pour me défendre ! ! !

Vous voulez me suivre ?

 Non ! … C’est terminé, vous restez là.

 

* * * * * * *   * * * * * * *   * * * * * * *   * * * * * * *   * * * * * * *

début d’enquête

                   Le palier est encombré.

Des représentants de la Direction Générale de la Sécurité, de la Police Juciciaire, du Ministère de la Défense, de l’Autorité de Sureté Nucléaire et le Premier Ministre en personne.

Devant la porte de l’appartement, pendant que l’équipe chargée de prendre tous les indices possibles s’active, les grosses légumes piétinent. Leurs portables jacassent dans un concert cacophonique. Le Haut Responsable qui est chargé de l’enquête et de la coordination entre les différents services impactés par l’accident survenue est blême. Il a prévenu, la Presse ne doit pas être informée. Rien ne doit transparaître ni filtrer. Attention, il est en train de parler.

                    « Vous me vérouillez tout ! Pas d’infos, le corps doit disparaître après l’autopsie, prévenez la famille… et vous …

OUI, VOUS ! Vous, le seul témoin, vous nous suivez …

Bernard Pichardie
Janvier 2010
texte déposé


Tags: #policier
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 07-11-2018 à 13:44:30  (site)

Attention, j'ai pris vos coordonnées
... je les transmets à la sûreté de l'état
mais contre un montant que je vous donne en message privé, je vous supprime de ma liste !

édité le 07-11-2018 à 13:47:47

2. Florentin  le 07-11-2018 à 14:15:59  (site)

Je ne verserai pas un centime avant de savoir où ce texte a été "déposé". Florentin; le méfiant.

 
 
 
posté le 07-11-2018 à 03:40:19

ÉTOILE DE MER

        

 

        L’étoile de mer
Est un marque-plage
 

 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 07-11-2018 à 07:21:23  (site)

les titres des articles sont faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

2. biquette  le 07-11-2018 à 11:35:18  (site)

Bonjour ...Bienvenue ici , déja un joli titre " Etoile de mer " ...Je vous souhaite plein de beaux contacts sur cette plate forme ....Bonne journée ..... A++++Lili

 
 
 
posté le 06-11-2018 à 07:09:02

ENTRE L'IRLANDE ET LE BRÉSIL

 


 

Pour aller écouter la chanson, cliquer sur le titre

ENTRE L’IRLANDE ET LE BRÉSIL

Entre l’Irlande et le Brésil
Entre guirlandes et le grésil
Entre la lande et quelques rades
Je chaloupe toutes mes envies
Le temps de suivre une ballade
Entre crachin et confettis

La musique me prend dans les airs
Mon cœur se fait douceur
Mon cœur se fait chaleur
Au son du Brazil ou de l’Eire

Au son du Brazil ou de l’Eire

Entre grisaille et carnaval
Entre soleil et les rafales
Entre terre austère ou aride
Un air de gigue ou de samba
Me fait tourner une danse hybride
Entre les pubs et favela

J’ai de la pluie et des paillettes
Mon corps se fait vibrant
Mon corps se fait mouvant
J’ai des étoiles en pleine tête

J’ai des étoiles en pleine tête

Je sais bien sûr que toutes les fêtes
Déguisent bien des misères
Soulèvent bien des colères
Je danse pour vous frères en défaite

Je danse pour vous frères en défaite

Entre l’Irlande et le Brésil
Entre guirlandes et le grésil
Entre la lande et quelques rades
Je chaloupe toutes mes envies
Le temps de suivre une ballade
Entre crachin et confettis

La musique me prend dans les airs
Mon cœur se fait douceur
Mon cœur se fait chaleur
Au son du Brazil ou de l’Eire

Au son du Brazil ou de l’Eire

musique Éric MIROCHE
paroles Bernard PICHARDIE

chanson déposée à la SACEM
 


Commentaires

 

1. Florentin  le 06-11-2018 à 11:06:22  (site)

Bonjour. merci d'être passé chez moi. te voilà donc chez Vefblog. Je te souhaite de t'y trouver bien. Originale.cette manière d'opposer deux pays aussi opposés que l'Irlande et le Brésil. Mais je ne serai pas ton interprète. Je chante comme une casserole fêlée ! A plus sans doute. Florentin

 
 
 
posté le 06-11-2018 à 00:50:59

POUSSIÈRE


La poussière est la décoration
                 Du temps qui passe
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 06-11-2018 à 17:25:04  (site)

les titres de certains articles seront faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

 
 
 
posté le 05-11-2018 à 17:01:33

UTOPIE


L'utopie n'est pas un rêve
            Elle est sa douleur
Tags: #utopie
 


Commentaires

 

1. Chantsongs  le 05-11-2018 à 17:10:08  (site)

les titres de certains articles seront faits avec COOLTEXT
http://fr.cooltext.com

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :
 
 
 
Rappel article